La nouvelle


Retour aux sources


AKLI TADJER


Sofitel Algiers Hamma Garden


Akli TADJER


Retour aux sources

Voilà comment ça a commencé.

C’était un mois de mai mouillé comme je n’en avais jamais connu. Chaque jour apportait son lot de bourrasques de pluie, de rafales de vent, d’averses de grêle. Pour nous piler un peu plus le moral, les bulletins de la météo nous prédisaient la même punition pour les temps à venir. Seuls les vendeurs d’essuie-glaces, les marchands de parapluies et les escargots étaient à la fête. Ma mère, encore toute pimpante lorsqu’elle avait soufflé, en avril dernier, ses soixante-dix-sept printemps, avait viré dans les tons maussade. Elle usait ses heures assise sur son canapé, tête baissée, bras croisés, les yeux fixés sur le bout de ses pieds. Et taiseuse avec ça. On ne communiquait plus que par onomatopées, raclements de gorge, gestes approximatifs. L’appétit aussi lui faisait défaut. Au cœur de l’après-midi elle toutouillait sans plaisir une tartine de pain beurrée dans une tasse de lait tiède et c’était tout pour la journée. J’avais mis ce coup de blues sur le compte du ciel de plomb devenu si bas qu’il se noyait dans les toits de zinc des immeubles haussmanniens. J’attendais, donc, impatient qu’un souffle salvateur chasse ces intempéries récursives pour faire


Akli TADJER

place à un grand soleil jaune sur fond d’azur. Et les jours filèrent gris, gras, froids. Et ma mère s’étiolait jusqu’à n’être plus qu’une vieille chose flasque affaissée sur son canapé, si bien que d’aller lui rendre visite était une épreuve dont je ressortais chaque fois avec un cafard phénoménal.

Ma mère et moi vivions au dernier étage du même immeuble. Elle dans un studio à droite en sortant de l’ascenseur, moi dans un appartement à peine plus grand à l’autre bout du couloir. (Je m’en expliquerai plus tard si l’opportunité se présente.) Je referme, là, ma parenthèse qui n’avait d’ailleurs nul besoin d’être ouverte.

Comme je n’en pouvais plus de la voir se dégrader, j’avais sonné un copain médecin afin qu’il m’éclaire sur le mal dont elle souffrait. Après les constatations d’usage, il diagnostiqua une dépression nerveuse, une sévère. Une de celles qui vous envoient, sans escale, six pieds sous terre. Le temps pourri qui sévissait sur Paris n’avait été que le déclencheur de cette crise de mélancolie. Il voulut prescrire divers euphorisants remboursés par l’assurance maladie mais se ravisa en jetant


Retour aux sources

un dernier coup d’œil à ma mère.

– Du fric gâché pour rien, marmonna-t-il. Vaudrait mieux lui changer les idées. Ce serait plus efficace. Entre deux rincées fais-lui prendre le frais au square, qu’elle voie du monde, beaucoup de monde, enfin d’autres gueules que la tienne.

Sur le palier, il me répéta que ma mère souffrait d’une grave dépression et que si je ne lui aérais pas l’esprit… Il posa sa sacoche par terre, imita le fossoyeur creusant une tombe, puis il se signa. Une fois la porte refermée, j’ai tiré une chaise, je me suis assis face à elle et j’ai dit :

– Tu l’as entendu, ce couillon. Il veut que je t’emmène au square pour que tu voies d’autres gueules que la mienne. Tu es d’accord ?

Elle a fait non avec le doigt. J’étais de son avis. N’empêche, on ne pouvait plus se satisfaire de ce statu quo. Il me fallait lui inventer de quoi la distraire avant que je ne sois condamné au costume de deuil.


Akli TADJER

Le lendemain, je l’ai retrouvée endormie tout habillée sur son canapé. Elle était belle et pâle comme la mort. Par terre, il y avait une vieille boîte à chaussures ouverte. Cette boîte, je la connaissais bien. C’était notre boîte à photos, notre boîte à mémoire. Il y avait des photos de mon père. Sur l’une d’elles, il était un jeune homme fringant débarquant d’un ferry-boat en provenance d’Alger. Sur une autre, j’avais dix ans, pas plus. Je lui tenais la main à la foire du Trône. Sur une autre – c’était juste avant l’accident –, il plastronnait casque sur la tête avec d’autres collègues immigrés du chantier. Là, c’était ma mère, toute jeune fille. Pas encore mariée mais déjà triste comme une veuve. Sur une autre, elle sortait de la maternité avec mon père. Dans ses bras, c’était moi. Au dos de la photo, une main tremblée avait noté ma date de naissance : Paris, 13 juin 1980. J’ai repris la photo de mon père, celle avec son casque sur la tête. Il souriait à pleines dents. Il ne se doutait pas qu’un quart d’heure plus tard l’échafaudage sur lequel il faisait le beau allait s’effondrer… Mort sur le coup mon papa. J’ai rangé cette photo dans le fond de la boîte, le cœur serré.


Retour aux sources

Ma mère a tressailli à ce moment-là. Je l’ai couverte d’un plaid et j’ai remarqué, coincée entre le pouce et l’index, une dernière photo. Je la lui ai enlevée. Elle n’a pas résisté. C’était une photo que je n’avais jamais vue. Elle était toute jeune et tenait par la main une fillette au regard noir.

– Amène-moi à Alger, mon fils. Je voudrais revoir Yasmine. Je veux la retrouver avant de partir.

Yasmine ? Je l’ai questionnée. Savoir qui était cette Yasmine dont elle ne m’avait jamais parlé, mais elle répétait inlassablement avec des accents d’agonisante qu’elle voulait revoir Yasmine avant de mourir. Je lui ai fait remarquer que cette gamine sur la photo était aujourd’hui une femme, mariée à l’autre bout de l’Algérie peut-être, qu’il serait farfelu d’essayer de retrouver sa trace. Une larme, puis deux, trois, quatre, puis d’autres rayèrent son visage.

On était maintenant dans l’avion, destination Alger la Blanche.

J’avais cédé à ses caprices comme souvent. Comme toujours. C’était aussi à cause de ses caprices que Camille, l’amour de


Akli TADJER

mes jours et de toutes mes nuits, m’avait plaqué il y a deux ans. Ma mère ne lui voyait que des défauts. Elle était trop grande, trop blanche, trop blonde, trop joyeuse, trop coquette, trop française à son goût. Elle espérait me caser avec quelqu’un dans son genre. Petite, brunette, collante, emmerderesse suprême… Camille n’a jamais pu trouver sa place entre nous. J’ai erré des semaines, crié mon amour pour elle sous toutes les fenêtres de Paris, mais elle n’est jamais revenue. Une petite location s’était libérée sur le même palier que ma mère. J’ai signé mon nom au bas du bail comme on signe sa condamnation. Je suis resté des mois claquemuré entre le silence et l’ennui et puis avec le temps va, tout s’en va… sauf Camille.

On était partis de Roissy sous un ciel encrassé. Deux heures plus tard, Alger nous offrait un ciel céruléen, une mer apaisée, un franc soleil de carte postale.

Le retour au pays avait requinqué ma mère. Elle allait d’un pas alerte dans les rues et boulevards de la ville tandis que moi, en retrait, je me coltinais les valises plus lourdes que le poids du monde. « Où va-t-on ? » je demandais à chaque carrefour. Elle


Retour aux sources

ne m’écoutait pas et continuait d’avancer. Devant la Grande Poste, je n’en pouvais plus. J’ai posé les valises et je me suis assis sur un banc pour reprendre mon souffle. Elle a fait demi-tour pour me rejoindre. J’ai hélé un gamin des rues avec une glacière pleine de boissons fraîches et j’ai acheté une canette de Selecto qu’on a bu à belles gorgées car le soleil de midi nous avait asséchés.

– Maintenant qu’on est à Alger, dis-moi qui est cette Yasmine.

Elle m’a pris la main et murmuré, l’œil tendu vers la Méditerranée qui se répandait devant nous :

– Je t’expliquerai si je la retrouve, sinon j’emporterai le secret avec moi.

Elle s’est levée, a fait quelques pas, mais la force lui a manqué. Elle a agité la main devant un taxi et ordonné qu’il nous dépose au Jardin d’Essai.

Pour celui qui ne connaît pas Alger, ce qui saute aux yeux, ce sont d’abord ces boyaux interminables d’embouteillages, cette


Akli TADJER

foule infinie qui baguenaude sur les trottoirs et ces flics, le doigt sur la détente de la mitraillette, à chaque coin de rue. On croirait une ville en guerre contre un ennemi invisible.

– On est en guerre contre le terrorisme, m’a affranchi le taximan à qui je n’avais rien demandé, même pas l’heure.

Au premier carrefour, ma mère s’est assoupie la tête sur mon épaule. Le taximan, très en verve décidément, a vite compris à mon accent qui sentait bon le métro parisien que je n’étais pas du quartier. Alors, il s’est piqué de m’instruire de l’histoire de la capitale algérienne Il a commencé par pointer la mer.

– Comme vous le voyez, elle est très bleue, très grande. C’est pour ça qu’on l’appelle la Grande Bleue. Par temps clair, on voit la France.

J’ai fait : « Ah bon. » Comme j’aurais pu dire : « Si c’est pour me prendre pour un gogo, remballe tes blagues façon Carambar. Je ne suis pas client. »

Un barrage de police nous a obligés à contourner la place des


Retour aux sources

Martyrs. On était à présent bloqués dans une grande rue qui serpentait vers des maisons en péril. Le taximan a prononcé le mot Casbah et s’est exaspéré qu’on laisse à l’abandon ce chef-d’œuvre de l’architecture ottomane, classé au patrimoine mondial par l’UNESCO. Et sur sa lancée, il m’a raconté qu’il avait pris un Français – un vrai, qu’il a précisé en croisant mon regard dans son rétroviseur – qui voulait visiter la citadelle. Il avait vu dix fois Pépé le Moko et voulait aller à la rencontre des fantômes de l’envoûtant Gabin et de l’ingénue Gaby. Le taximan était si honteux de l’emmener dans ce champ de misère qu’il a préféré mentir en prétextant des problèmes de sécurité liés au terrorisme. Le vrai Français a pris peur et a renoncé à son escapade cinématographique.

Après un énième barrage de police, on a longé le boulevard du front de mer. Aux terrasses des immeubles blanchis, il y avait du linge qui séchait, des paraboles qui parabolaient et des jeunes filles aux cheveux roux qui m’attiraient. Sur la chaussée, des enfants, ballon au pied, jouaient à Zidane entre les automobiles. Ça klaxonnait de partout. J’aimais ce joyeux foutoir. Pour un peu on se serait cru dans le sud de l’Italie. Et lentement le soleil a


Akli TADJER

décliné, et lentement la mer a pris des reflets d’argent, et lentement le ciel a tourné vers le gris du soir. Le taximan, qui radotait depuis un bon moment, m’a proposé moyennant quelques euros de faire un crochet par je ne sais où pour monter jusqu’à la basilique Notre-Dame d’Afrique.

– De là-haut la vue est incroyable. C’est un vrai plaisir. Par temps clair en regardant sur la gauche on voit l’Espagne, qu’il a ri.

J’ai forcé le sourire en retour.

Ma mère s’est réveillée aux premiers cahots d’une route défoncée, a exigé qu’il cesse son boniment et lui a indiqué le chemin le plus court pour arriver au Jardin d’Essai.

Une foule bigarrée et piaillarde était massée devant les grilles du jardin. J’ai jeté un œil pour voir ce qui attirait autant de monde. J’ai aperçu des parterres de verdure fleurie entrecoupés d’allées rectilignes semblables à celles du château de Versailles, des palmiers géants, des ficus à grandes lianes et toute une végétation luxuriante. Puis je me suis attardé sur une


Retour aux sources

plaque qui rappelait que le Jardin d’Essai avait été créé en 1832 par des botanistes français pour en faire la pépinière centrale du gouvernement de la France coloniale. Je me suis encore attardé sur les yeux de braise d’une gazelle au teint cannelle. Je me suis avancé pour lui dire combien je la trouvais belle mais elle a disparu emportée par la foule. À force de m’égarer dans les yeux des belles Algéroises, j’en avais perdu ma mère. J’ai demandé à un flic en faction à un barrage s’il n’avait pas vu une petite dame vêtue à l’endeuillée, les cheveux gris montés en chignon et possiblement mal aimable. Il m’a répondu en flattant la crosse de son pistolet-mitrailleur. Je n’ai pas insisté.

Je l’ai cherchée des heures partout dans le quartier et je l’ai vue, là-bas, adossée à un mur ocre. Elle fixait un bâtiment dont la façade n’était que verre fumé et arcade démesurée. C’était le Sofitel d’Alger.

La consternation se lisait sur son visage.

– C’est ici que je l’ai vue la dernière fois, Yasmine, qu’elle a dit tout bas.


Akli TADJER

On a hésité un moment avant de pénétrer dans l’hôtel. Faut dire que même à Paris, les palaces, on ne les voyait que de loin. On s’est installés dans un grand salon feutré où des hommes d’affaires, l’air grave et pénétré, parlaient bisness en sirotant whisky et autres fantaisies alcoolisées. Le jour est tombé sans qu’on y prenne garde. Il urgeait de se loger et, puisqu’on était dans un hôtel, j’ai pris une chambre. Pour du luxe c’était du luxe. On se serait crus dans Amour, Gloire et Beauté sauf que je n’étais pas avec la sulfureuse Brooke Logan mais avec ma mère qui avait retrouvé son teint d’endive. Elle s’est laissée tomber sur un des deux lits, a soupiré un grand coup puis m’a fait signe de m’asseoir près d’elle. Tout près. On était à touche-touche. J’entendais battre son cœur. J’ai passé ma main sur son épaule et j’ai murmuré :

– Je suis venu à Alger parce que je suis un bon fils. Maintenant, je n’en peux plus. Je ne bougerai pas de cette chambre tant que tu n’auras pas parlé.

D’une main tremblante, elle a exhumé de son portefeuille la photo où elle posait avec la gamine et m’a demandé de ne pas


Retour aux sources

la juger. J’ai fait oui de la tête. Elle a glissé ses doigts noués d’arthrose entre les miens et d’une voix vrillée par l’émotion m’a révélé qu’avant de rencontrer mon père elle vivait dans ce quartier qu’on appelle le Hamma. À l’époque ce n’était que gourbis et maisons délabrées. Au souk du Hamma, elle partageait un étal avec Wafa, une faiseuse d’éventails, tandis qu’elle vendait des paniers en osier qu’elle fabriquait pour ramener de quoi nourrir sa famille. Son père était invalide de guerre. Il avait perdu ses jambes en sautant sur une mine du côté de Verdun. Un jour, elle a eu seize ans, ce même jour elle a eu le coup de foudre pour un prince charmant de passage. Il lui a promis de l’aimer et plus si affinité. En échange, elle lui a offert son cœur et sa fleur. Quand son ventre s’est arrondi, le prince charmant ne fut plus qu’un vilain crapaud qui avait pris la poudre d’escampette. Lorsqu’il ne fut plus possible de cacher sa grossesse, son père se considéra sali et déshonoré. Il l’a fichue à la porte sans regret ni remords. De cet amour trahi est née une fille qu’elle a prénommée Yasmine car c’était la saison du jasmin. Elles ont dormi deux années parmi les ivrognes et les voyous qui chaque nuit rejouaient West Side Story à coups


Akli TADJER

de surin. Un soir elles furent prises dans l’une de ces rixes. Un coup de lame plus vicieux que les autres entailla l’épaule de l’enfant. Dès que la blessure ne fut plus que cicatrice, elle confia Yasmine à son amie Wafa, la faiseuse d’éventails, et se jura de venir la récupérer dès qu’elle pourrait subvenir à ses besoins. Un jour d’hiver où il faisait si froid que même les oiseaux gelaient dans le ciel, ma mère perdit la tête et embarqua sur un ferry pour la France. C’est sur ce ferry qu’elle a percuté mon père. Deux ans plus tard, c’est moi qui voyais le jour.

Une fois libérée de son secret, sa vielle main fripée a lâché prise. Elle avait froid. On l’aurait crue un peu morte, ma mère. Elle m’a donné la photo et imploré de retrouver sa fille. Puis elle s’est allongée, a fermé les yeux et grelotté plus fort encore. Des larmes glissaient sur ses joues creusées de rides.

Une sœur. Je réalisais que j’avais une sœur. Une sœur algérienne. Quel effet ça m’a fait à cet instant-là ? Je me suis senti un peu plus algérien, je crois. Ça me faisait du bien.

 


Retour aux sources

Au matin, un soleil pâle a inondé notre chambre. Ma mère qui n’avait plus la force ni le courage de rien est restée dans la chambre. Je lui ai allumé la télé et je suis descendu prendre mon café au bar. Au plus vieux des serveurs j’ai demandé s’il connaissait le quartier. Mieux que ça. Il était né dans les gourbis du Hamma. Il avait même vu le Sofitel se construire. Alors, j’ai poussé plus loin l’investigation, j’ai demandé ce qu’étaient devenus les gens qui y vivaient. Il m’a répondu qu’ils avaient été ventilés dans deux cités : la cité des Tamaris et la cité Nouvelle. Comme je l’intriguais, il a gratté pour savoir pourquoi je le questionnais ainsi. J’ai dit que je recherchais une sœur, perdue de vue depuis toujours. La seule piste que je détenais c’était qu’elle avait été confiée à Wafa la faiseuse d’éventails. Ça ne lui disait rien. Il a sonné Mouloud, son jeune fils, bagagiste à l’hôtel.

– C’est un vrai chien de chasse. Il va la retrouver, votre faiseuse d’éventails, qu’il m’a garanti.

Mouloud était un p’tit gars vif et dégourdi. Je lui ai montré la photo de ma mère avec ma sœur. Il a éclaté de rire puis il a


Akli TADJER

bredouillé qu’on était bien avancés avec un cliché pareil.

La cité des Tamaris est dans le quartier populeux de Belcourt, à une encablure du Sofitel. On a visité des dizaines de cages d’escalier, frappé à autant de portes : Wafa la faiseuse d’éventails était inconnue.

Sur le coup de midi, Mouloud a eu faim. On s’est attablés à une terrasse de la Pêcherie et on a fait un festin de rougets grillés en écoutant du raï. Ça l’amusait de me voir partir à la recherche d’une sœur que je ne connaissais pas. Moi, je ne voyais rien de drôle là-dedans. Je trouvais ça tout à fait excitant à présent. Puis on a parlé de pas grand-chose. Il rêvait d’aller en France. Attention, lui, ce n’était pas pour faire le travailleur immigré. Non, lui voulait voir la France comme un touriste, avec l’appareil photo autour du cou, les Ray-Ban sur le bout du nez et le bob sur la tête. Mais à l’entendre ce ne serait pas pour demain. Il avait fait trois demandes de visa, toutes refusées. Il a fumé une cigarette. Au loin, on entendait des sirènes de bateaux en partance pour la France ou ailleurs. J’ai eu une pensée pour mon père à ce moment-là.


Retour aux sources

Il était temps de reprendre la route : direction la cité Nouvelle. On a sauté dans un taxi. Mouloud lui a indiqué la route. Cette cité était sur les hauteurs d’Alger, à Hydra, le quartier chic de la ville. Ici, aucun mégot, aucun papier gras, aucune canette ne traîne par terre. On se croirait en Suisse. Là encore, on a gravi des cages et des cages d’escalier, toqué à des portes et des portes, interrogé des jeunes, des vieux, des oisifs : Wafa la faiseuse d’éventails… Personne ne la connaissait. Je m’apprêtais à renoncer lorsqu’une vieille femme chétive et osseuse qui mendiait accroupie à l’ombre d’un caroubier m’a agrippé par la manche.

– Tu cherches Wafa ?

J’ai fait oui avec la tête. Mouloud s’est agenouillé face à elle et l’a questionnée. Moyennant des euros sonnants et trébuchants, elle pouvait nous mettre sur la piste.

– Qu’elle nous donne une preuve, j’ai dit à Mouloud.

La vieille a tiré de sa djellaba un éventail usé jusqu’à la corde. Mouloud a continué de l’entreprendre en arabe, puis il s’est


Akli TADJER

retourné vers moi, et a opiné d’un air entendu. J’ai cédé quelques euros et on est repartis au pas de charge.

– Ça brûle, qu’il disait fier de lui.

Chemin faisant, Mouloud m’a expliqué que Wafa était morte depuis longtemps mais que sa fille vivait dans un appartement du centre d’Alger, près du tunnel des Facultés. Quand on a monté l’escalier qui menait à son appartement, mon cœur s’est mis à battre méchamment. J’ai cru qu’il allait s’arracher de ma poitrine tant j’étais troublé. J’ai frappé à la porte. Une petite fille qui ressemblait étrangement à la gamine sur la photo est sortie. Elle ne parlait pas un mot de français. J’ai passé le relais à Mouloud. Plus il causait avec elle, plus je voyais son visage se décomposer. Pas possible et incroyable ! qu’il bégayait entre deux phrases. La petite fille a refermé sa porte. Mouloud m’a frappé sur l’épaule et répété une fois de plus : « Pas possible et incroyable ! »

– Qu’est-ce qui n’est pas possible ?


Retour aux sources

– Je crois que je la connais, ta sœur.

On est rentrés à l’hôtel dare-dare. J’avais hâte d’apprendre la nouvelle à ma mère. J’avais, aussi, hâte de mettre un visage sur le prénom de ma sœur. Quand j’ai poussé la porte de la chambre, ma mère se chamaillait avec une lingère. Une de ces beautés d’Alger que j’aurais aimé courtiser. Elle avait le teint mat, les yeux sombres soulignés d’un trait de khôl et de longues boucles brunes qui couraient sur ses épaules. Et puis, elle souriait. Elle souriait tout le temps. Mouloud nous a souhaité le bonjour et il nous a laissés tous les trois.

– Yasmine, tu es Yasmine.

Elle a plissé le front d’inquiétude, puis elle a acquiescé. Elle parlait peu et mal le français. J’ai pris ma mère par le bras et j’ai dit à son oreille que c’était sa fille. Ma mère est demeurée muette, des minutes et des minutes, l’éternité sûrement. Puis elle l’a prise par la main, lui a demandé de s’asseoir près d’elle. Elles ont parlé, parlé, parlé en arabe, des minutes et des minutes, l’éternité sûrement. Puis Yasmine a dénudé son


Akli TADJER

épaule et la cicatrice est apparue. Elles se sont blotties l’une contre l’autre, ont pleuré pire que des fontaines. Ma mère m’a présenté. Ma sœur m’a tendu une main timide. On a causé un peu. Des mots pour faire des phrases… des phrases pour dire qu’il fallait qu’on apprenne à se connaître, à s’aimer aussi. Et ma mère a repris goût à la vie. Le lendemain Yasmine lui présentait Wafa sa petite-fille. Elle l’avait prénommée ainsi en souvenir de la faiseuse d’éventails. Et ma mère n’a plus voulu rentrer en France. Elle avait décidé de rattraper le temps perdu. Je n’ai pas essayé de l’en dissuader. Je trouvais même que c’était une excellente idée.

À Paris, il faisait enfin beau. J’ai erré un peu dans les rues de la ville et je suis rentré chez moi, seul, le cœur lourd. Avant d’atteindre l’ultime étage j’ai entendu qu’on m’appelait. J’ai levé la tête et j’ai vu Camille, l’amour de mes jours et de toutes mes nuits.


À bientôt quarante ans, j’allais pouvoir commencer à vivre.


Les écrivains voyageurs
Gaston Paul Effa
septembre 2017
Salam
Par Gaston Paul Effa
Sofitel Abidjan Hotel Ivoire
Lire
Anaïs Jeanneret
février 2017
Impressions Hongroises
Par Anaïs Jeanneret
Sofitel Budapest Chain Bridge
Lire
Ludivine Ribeiro
janvier 2017
TAMUDA BAY
Par Ludivine Ribeiro
Sofitel Tamuda Bay Beach & Spa
Lire
Olivier Weber
juin 2016
Le lézard qui pleure
Par Olivier Weber
Sofitel Legend Santa Clara Cartagena
Lire
Patrick de Carolis
mai 2016
Souviens-toi du désert !
Par Patrick de Carolis
Sofitel Dubai Jumeirah Beach
Lire
Vladimir Fedorovski
décembre 2015
La magie de Vienne
Par Vladimir Fedorovski
Sofitel Vienna Stephansdom
Lire
Philippe Jaenada
mai 2015
Hors du temps
Par Philippe Jaenada
Sofitel Luxembourg Europe
Lire
Frédéric Vitoux
mai 2015
Nous n'irons pas aux Îles du Rosaire
Par Frédéric Vitoux
Sofitel Legend Santa Clara Cartagena
Lire
Irène Frain
décembre 2014
Saudade
Par Irène Frain
Sofitel Lisbon Liberarde
Lire
Dominique Fernandez
octobre 2014
Santa Clara
Par Dominique Fernandez
Sofitel Legend Santa Clara Cartagena
Lire
Denis labayle
juillet 2014
Abidjan-Paris-Abidjan
Par Denis labayle
Sofitel Abidjan Hotel Ivoire
Lire
Patricia Reznikov
juillet 2014
Le Collectionneur
Par Patricia Reznikov
Sofitel Bruxelles Le Louise
Lire
Gérard de Cortanze
mars 2014
Quinze secondes pour mourir
Par Gérard de Cortanze
Sofitel Agadir Thalassa sea & spa
Lire
Carole MARTINEZ
janvier 2014
Rêveries à Sopot
Carole Martinez
Sofitel Grand Sopot
Lire
David FOENKINOS
décembre 2013
Le Pèlerinage de l'origine
David Foenkinos
Sofitel Berlin Gendarmenmarkt
Lire
Eric NEUHOFF
septembre 2013
Petit papa Noël
Eric Neuhoff
Sofitel Golfe d’Ajaccio Thalassa sea & spa
Lire
Emmanuelle DE BOYSSON
juin 2013
L'Énergie de Quiberon
Emmanuelle de Boysson
Sofitel Quiberon Thalassa sea & spa
Lire
Valentine GOBY
mai 2013
Syntagma
Valentine Goby
Sofitel Athens Airport
Lire
Valérie CLO
avril 2013
Le Grain de beauté
Valérie Clo
Sofitel Rabat Jardin des Roses
Lire
Franck MAUBERT
mars 2013
Novembre Basque
Franck Maubert
Sofitel Biarritz Le Miramar Thalassa sea & spa
Lire
Jean-Christophe RUFIN
janvier 2013
Trois jours avec Graham Greene
Jean-Christophe Rufin
Sofitel Legend Metropole Hanoi
Lire
Hervé HAMON
décembre 2012
Cinquième jour
Hervé Hamon
Sofitel Hamburg Alter Wall
Lire
Gilles MARTIN-CHAUFFIER
novembre 2012
Week-end à Vienne
Gilles Martin-Chauffier
Sofitel Vienna Stephansdom
Lire
Fouad LAROUI
octobre 2012
Ce qui ne s'est pas dit à Bruxelles
Fouad Laroui
Sofitel Brussels Europe
Lire
Tatiana DE ROSNAY
septembre 2012
Bel-Ombre
Tatiana de Rosnay
Sofitel So Mauritius
Lire
Patrick CHAMOISEAU
décembre 2011
L'Ultime sourire de l'Antillaise
Patrick Chamoiseau
Sofitel Paris le Faubourg
Lire
Olivier WEBER
novembre 2011
Le Marcheur du Danube
Olivier Weber
Sofitel Budapest Chain Bridge
Lire
Claude SERILLON
octobre 2011
On
Claude Sérillon
Sofitel Essaouira Mogador Golf & Spa
Lire
Frédéric VITOUX
septembre 2011
Le Masque et le dinosaure
Frédéric Vitoux
Sofitel New York
Lire
Denise BOMBARDIER
juillet 2011
La Femme qui aimait les îles
Denise Bombardier
Sofitel Bora Bora Marara Beach & Private Island
Lire
Benoîte GROULT
juin 2011
Le Jour où je suis devenue vieille
Benoîte Groult
Sofitel Munich Bayerpost
Lire
Denis LABAYLE
mai 2011
Le Concert luxembourgeois
Denis Labayle
Sofitel Luxembourg Le Grand Ducal
Lire
Tahar BEN JELLOUN
avril 2011
Un pigeon à Amsterdam
Tahar Ben Jelloun
Sofitel Legend The Grand Amsterdam
Lire
Philippe BESSON
mars 2011
Brève rencontre à Londres
Philippe Besson
Sofitel London Saint James
Lire
Patrick POIVRE D'ARVOR
février 2011
La Mort atroce de Victor Hugo
Patrick Poivre d'Arvor
Sofitel Luxor Winter Palace
Lire
Neil BISSOONDATH
décembre 2010
Good morning, monsieur Roussin
Neil Bissoondath
Hôtel Scribe Paris
Lire
Daniel ARSAND
novembre 2010
Rencontres strasbourgeoises
Daniel Arsand
Sofitel Strasbourg Grande Île
Lire
Gonzague SAINT BRIS
octobre 2010
Mais où est donc passée l'horloge du désir?
Gonzague Saint Bris
Sofitel Fès Palais Jamai
Lire
Pierre VAVASSEUR
septembre 2010
Cherche-moi
Pierre Vavasseur
Sofitel Lyon Bellecour
Lire
Jean-Marie ROUART
juillet 2010
La Fin d'un rêve bleu
Jean-Marie Rouart
Medina Essaouira Hotel Thalassa Sea & Spa
Lire
Delphine DE VIGAN
juin 2010
Week-end en amoureux
Delphine de Vigan
Sofitel Marseille Vieux Port
Lire
Eduardo MANET
mai 2010
La Fiancée de la mer
Eduardo Manet
Sofitel Agadir RoyalBay Resort
Lire
Akli TADJER
avril 2010
Retour aux sources
Akli Tadjer
Sofitel Algiers Hamma Garden
Lire
Catherine ENJOLET
mars 2010
Au balcon du ciel
Catherine Enjolet
Sofitel Rome Villa Borghese
Lire
Yasmina KHADRA
février 2010
Holm Marrakech
Yasmina Khadra
Sofitel Marrakech Palais Impérial
Lire